Retour accueil
Vous êtes ici  > Actu

A l’affiche : le 7ème art en Anjou

Le cinéma, en Maine-et-Loire, ce sont ses festivals, ses rendez-vous incontournables. Chaque année, depuis 1989, l'Anjou braque ses projecteurs sur le 7ème art. En se consacrant à la découverte de nouveaux talents du cinéma européen, le Festival Premiers Plans d'Angers est devenu un rendez-vous culturel emblématique, reconnu par les professionnels, suivi par un public nombreux (70 000 festivaliers en 2013). Dans le sillage de cc festival ont été créés en 2005, à l'initiative de la comédienne Jeanne Moreau, les Ateliers d'Angers. Chaque été de jeunes réalisateurs européens suivent une formation leur permettant de préparer la réalisation de leur premier long métrage de fiction, lequel pourra ensuite être présenté lors de prochaine édition du Festival. Dans un autre registre, la ville de Mûrs-Érigné et l'association Les Amis du Bon Cinéma (ABC 49) organisent depuis 2005 le Festival du Film Nature et de l'Environnement. Sur des thématiques liées à la défense de l'environnement et à la nature, de nombreux films - courts, moyens et longs métrages - expositions, rencontres avec les réalisateurs émaillent ce festival qui se tient chaque année en novembre.

Le 7ème art en Maine-et-Loire ce sont aussi ses infrastructures. La plupart offre une affiche grand public entre Blockbusters américains, créations françaises, films d'animation... D'autres dites d'art et d'essai permettent d'accéder à des productions plus confidentielles, peu ou pas diffusées dans d'autres circuits commerciaux, d'être découvertes et de devenir parfois, pour certaines, des succès inattendus. Après la fermeture en octobre dernier du Gaumont Variétés, deux cinémas se partagent désormais l'affiche à Angers : « Les 400 Coups » et le Gaumont Multiplexe. Le premier - complexe indépendant de 7 salles - fait partie de ces infrastructures qui ont la judicieuse idée de proposer encore des œuvres en version originale et/ou présentant un intérêt esthétique et sociologique. Le second, le Gaumont Multiplexe, ses 12 salles et 2 522 places. D'ici fin 2015, un « petit » nouveau pourrait sortir de terre : un complexe cinématographique aux Ponts-de-Cé. Encore à l'état de projet, cette nouvelle infrastructure de six salles avec son et images numériques, ses 1 200 places, serait implantée sur quelque 4 500 m². Elle proposerait une programmation généraliste, familiale et grand public respectant ainsi l'identité de la zone d'implantation (Moulin-Marcille) orientée vers le temps libre, le sport et la famille.
 A Saumur, le cinéma « Le Palace » situé en centre-ville, laissera sa place d'ici fin 2015, à un nouveau multiplexe d'une superficie de 5 000 m2 sur la zone d'activités commerciales Ecoparc à Saint-Lambert-des-Levées. Cette infrastructure accueillera neuf salles ultramodernes de 95 à 395 places, soit au total 1 400 places. Un projet ambitieux pour le Grand Saumurois mais justifié par un intérêt économique et culturel. Ce «Grand Palace » permettra d'offrir des affiches comparables à celles d'Angers ou de Tours.
Autre projet pour le Cinémovida de Cholet - acté en novembre dernier par la Commission départementale d'aménagement commercial (CDAC) : le cinéma des Arcades Rougé a été autorisé à ouvrir une dixième salle. Cette salle de 75 places devrait permettre au complexe de proposer une offre supplémentaire - peut-être une salle « prestige » - au public choletais. En dehors de ces trois agglomérations, nombreuses sont encore les communes du département à disposer d'infrastructures permettant à un public de profiter, comme leurs voisins urbains, des dernières sorties en salles.
Si l'offre cinématographique en Anjou est particulièrement bien dotée, que ce soit en événementiel ou en infrastructures, c'est aussi grâce au soutien des politiques culturelles départementales et régionales. Le Conseil général du Maine-et-Loire accompagne de manière privilégiée les événements emblématiques du département dont les Festivals « Premiers Plans » et « Film Nature et de l'environnement ». La Région appuie depuis plusieurs années la filière cinématographique via des aides financières à la production, aux manifestations, aux investissements en salles. Pour le Festival Premiers Plans, le soutien va au-delà de l'aspect financier. Moment majeur pour le 7ème art en Anjou, il offre aussi l'opportunité de mettre en avant les productions cinématographiques tournées localement et soutenues par le Conseil régional, d'organiser des rencontres entre professionnels de la région. Afin de maintenir un réseau d'exploitation le plus large possible, la Région intervient par ailleurs auprès des circuits de cinéma itinérant (dont l'association «Les Amis du Bon Cinéma» (ABC 49) qui s'est donné pour mission depuis 30 ans de diffuser les œuvres cinématographiques en milieu rural), de salles indépendantes (dont «Les 400 Coups») en les aidant, entre autres formes d'accompagnement, à assurer la transition technologique du 35 mm au numérique, à la rénovation, à la création de nouvelles salles. Ces soutiens n'ont d'autre finalité que de permettre au public d'accéder à des offres variées, aux structures indépendantes de proposer une programmation alternative aux circuits classiques, au 7ème art d'exister dans sa différence, cette différence qui en fait sa richesse.

Marianne Bourgeois
Anjou Eco n°34 - mars 2014

export_facebook export_delicious export_twitter export_viadeo  export_linkedin