Retour accueil
Vous êtes ici  > Actu

Bientôt une lauréate angevine au MOF (*) esthétique ?

Un regard solaire, une curiosité innée sur tout ce qui l'entoure, une chaleur humaine communicative... Parcours insolite que celui de Nadège Bascoulergue qui a délaissé il y a quelques temps les bancs de Polytech Nantes pour devenir esthéticienne. «Lâcher un tel cursus pour devenir esthéticienne, il a fallu le «vendre » à mes proches ! ». Malgré «un profil atypique», mais convaincue par son choix, («j'aime le travail manuel, la dextérité qu'il implique et le contact humain»), Nadège a suivi sa voie.

Après un BTS Esthétique et quelques expériences professionnelles, elle décide de voler des ses propres « elle ». En 2008, elle reprend un institut d'esthétique à Angers, « Un temps pour soi ». Depuis toujours, Nadège a à cœur de promouvoir cette profession souvent assimilée à un métier de service, « alors que nous sommes des artisans ». Maître d'apprentissage, jury d'examen... la jeune femme accompagne de futures générations qu'elle forme et suit avec un enthousiasme communicatif.
Avec cet allant qui la caractérise, en septembre dernier, elle a relevé un challenge personnel et professionnel : se présenter au concours des MOF, un projet qu'elle nourrit depuis longtemps. « J'ai toujours été attirée par ce concours d'excellence, par envie de me mesurer à d'autres, de me sentir appartenir à la grande famille de l'artisanat, de mettre en lumière cette profession, de redorer le blason des métiers manuels». Pour les pré-sélections qui se dérouleront le 8 mars prochain, Nadège devra présenter, au cours d'une seule journée, pas moins de 7 épreuves (dont un maquillage artistique sur le thème, cette année, de Disney). «Le jury attend des candidates une parfaite maîtrise de leur métier mais aussi une capacité à pouvoir innover. Je me suis entrainée dans ce sens».
Les points forts de Nadège : «l'exigence, pour un concours que j'ai en très haute estime». Ses points faibles : Cette même exigence et pression qui peuvent être source de stress parfois. «Cela fait longtemps que je n'ai pas été observée et jugée dans mon travail. Cette perspective est un peu difficile à vivre». Seule représentante pour l'Anjou dans sa catégorie, Nadège est accompagnée dans sa démarche par un artisan coiffeur précédemment médaillé MOF. «Accéder à la plus haute marche serait une grande fierté mais aussi une consécration que je mettrais au service de ma profession en m'engageant davantage au niveau local ».

(*) MOF : Meilleur ouvrier de France

Anjou Eco n°34 - mars 2014

export_facebook export_delicious export_twitter export_viadeo  export_linkedin