Retour accueil
Vous êtes ici  > Regard  > Regard 2018

Laurent Morillon, Morillon SAS, Andrezé : une présence à l'international renforcée

Entreprise familiale depuis cinq générations, Morillon SAS conçoit des systèmes pour extraire le contenu des silos. Laurent Morillon et son équipe offrent une reconnaissance internationale à la fabrique andrezéenne.

Morillon SAS
48 rue des Mauges
49600 Andrezé
http://www.morillonsystems.com/

Tel : 02 41 56 50 14

Directeur : Laurent Morillon

Activité : fabricant d'extracteurs

Effectif : 55 salariés

CA 2018 : 15 millions d'euros

A l'origine, l'aïeul de Laurent Morillon était charpentier moulageur et construisait l'ossature et le mécanisme des moulins à vent ou à eau. Au fil des générations, l'activité s'est industrialisée. Aujourd'hui, l'entreprise conçoit des équipements pour l'extraction de produits en vrac (bois, plastique, céréales)  avec deux équipements principaux dédiés aux silos à fond plat : les vis Spirogyre et Hydraugyre conçues sur le principe de la vis d'Archimède.
Laurent Morillon n'a que 21 ans lorsqu'il intègre l'entreprise créée en 1865 par son arrière-arrière-grand-père. Dernier-né d'une famille de 4 enfants et ultime espoir de reprise familiale,  il fait ses débuts en 1984, son BTS ENSMIC (Ecole Nationale Supérieure de Meunerie et Industrie Céréalières) en poche. « A cette époque, j'aurais préféré voir d'autres horizons, mais j'étais père de famille et j'ai assumé mes choix », explique le dirigeant.
En 1984, il démarre une période d'apprentissage de près de 10 ans. L'entreprise bénéficie d'une belle notoriété nationale, mais une crise frappe le secteur de l'alimentation animale en 1990. La PME dépose le bilan 3 ans plus tard. Laurent Morillon est alors nommé directeur général. « A 30 ans je me suis retrouvé à la tête d'une entreprise en cessation de paiements ». Sa première action fut de réorganiser complètement l'entreprise.

Une stratégie export payante
Seul à parler anglais dans l'entreprise, mais aussi passionné par le développement des marchés, Laurent Morillon avait dès ses débuts tissé un réseau à l'étranger. Lorsque l'entreprise se retrouve en difficulté, il décide d'intensifier les ventes à l'export. Rapidement, les effets se font sentir et dès 1995 la PME renoue avec la croissance.
En 2015, il réalise son plus gros chantier en Egypte, une commande de 276 vis Spyrogyre à fabriquer  sur un an. En 2017, il obtient avec le Nigéria un contrat de 170 pièces. Cette année c'est l'Algérie qui lui offre un beau contrat. Déjà implantée dans le monde entier, la PME projette de créer  4 nouvelles filiales, en Chine, en Europe de l'Est, à Abidjan et au Brésil, ces deux derniers projets étant déjà bien avancés.

Performance et esprit d'équipe en gage de réussite
La PME réalise 85 % de son CA à l'international. 10 000 systèmes Morillon sont installés dans le monde, pour lesquels l'entreprise garantit la performance et la qualité. « On ne se contente pas de vendre des machines. Elles doivent apporter pleine satisfaction aux clients. Si ce n'est pas le cas, nous sommes prêts à les refaire».
Morillon SAS emploie 55 salariés à temps plein et fait travailler un réseau local de sous-traitants.  « Nous avons besoin de tous ces talents. C'est grâce à l'esprit d'équipe que Morillon existe toujours ». Une équipe encouragée à la mobilité interne, « évoluer, apprendre un nouveau métier est un facteur de motivation ».
Membre élu à la CCI de Maine-et-Loire sous le mandat du Président Groud, le dirigeant s'est investi dans l'apprentissage et la formation. En ardente défenseur de la cause, la société a formé pas moins de 20 apprentis en à peine 10 ans. Elle joue également la carte des partenariats avec les écoles. Membre de l'Association pour le Rapprochement Ecole-Entreprise dans le Choletais, Laurent Morillon ouvre son entreprise aux jeunes.
A l'étroit sur son site actuel, Morillon SAS devrait se rapprocher, en 2020, de Nantes et s'installer à Saint-Germain-sur-Moine. Le prochain bâtiment couvrira environ 7 000 m². Il offrira de meilleures conditions de travail et satisfera aux exigences de sécurité et aux nouvelles normes.
La saga familiale se poursuit. Maxime, 4ème et dernier-né des enfants de Laurent Morillon, vient d'intégrer l'entreprise familiale. L'ancien atelier de fabrique de moulins n'a pas fini de faire parler de lui.


Christelle Gourronc
Anjou Eco n°53 - novembre 2018

export_facebook export_delicious export_twitter export_viadeo  export_linkedin