Retour accueil
Vous êtes ici  > Regard  > Regard 2018

Jennifer Galliot, AD Confection, Nuaillé : un modèle de reconversion

AD Confection a changé de mains en 2017. Convaincue par le Made in France, sa nouvelle dirigeante, Jennifer Galliot, façonne de beaux projets pour faire grandir l'atelier de confection installé à Nuaillé.

AD Confection
Rue des Métiers
49340 Nuaillé
http://www.adconfection.fr/

Gérante : Jennifer Galliot

Activité : confection vêtements et produits textiles

Effectif : 19 salariés

CA 2018 : 560 000 euros

Membre du réseau Entreprendre

AD Confection a été créé en 2008 par deux anciennes salariées de NewMan, Annie Pillet et Danielle Simonneau. Leurs initiales donnent le nom de l'atelier qu'elles lancent avec quelques collègues. A l'époque, elles défraient la chronique en posant nues pour un calendrier au côté d'industriels choletais. Une initiative audacieuse pour donner une image plus jeune de l'industrie. Elles s'engagent dans l'aventure alors que le marché est en pleine crise. De vraies battantes qui, neuf ans plus tard, confient à Jennifer Galliot une entreprise prospère de 13 salariés.
L'atelier de confection à façon propose deux activités représentant chacune 50 % du CA annuel : le prêt-à-porter de luxe et le multi-produit (créateurs et marques françaises, vêtements de travail, vêtements d'image). Pour le premier, il réalise l'assemblage ; pour le suivant, la coupe et l'assemblage. Des vêtements sont confectionnés en petite et moyenne séries pour des marques comme IKKS. « Nos compétences nous permettent de travailler la maille et le chaîne et trame. Les vêtements propres à AD Confection sont fabriqués, le plus souvent possible, avec des tissus 100 % français », insiste la dirigeante. La production est rythmée par les collections de printemps et d'automne où les minutes sont précieuses !
Jennifer Galliot sait ce qu'elle veut. « Depuis mes années de collège, je veux être comptable », assure-t-elle. Pourtant fin 2016, elle quitte le cabinet où elle exerce en tant qu'expert-comptable associée pour assouvir une autre envie : entreprendre. « Être associée dans un groupe tel qu'In Extenso m'a apporté de grandes satisfactions, mais je voulais plus de liberté». En 2017, elle s'inscrit au CRA (Club des Cédants et Repreneurs d'Affaires) et rencontre les dirigeantes d'AD Confection. « Leur entreprise correspondait à tous mes critères : un savoir-faire, un potentiel et une santé financière. Je ne suis pas comptable pour rien », confie-t-elle avec humour.  
Nouveau logo, nouveau site web, la dirigeante insuffle une nouvelle dynamique, dès la reprise en juin 2017. Elle prend en charge l'administratif, le commercial, confie la partie comptable à un expert et travaille en étroite collaboration avec la responsable d'atelier. « Dès que possible, je veux me former sur les machines afin de mieux comprendre les problématiques de mes collaboratrices ».

Un nouvel atelier cousu main
L'entrepreneure a des idées plein la tête, mais manque de place pour les concrétiser.  La construction d'un nouvel atelier deux fois plus grand est en projet. « Investir dans l'humain et le matériel est nécessaire pour explorer toutes les potentialités du marché. Plus d'espace, c'est plus de machines, notamment une machine de coupe pour le prêt-à-porter de luxe ». AD Confection espère développer de nouveaux services et accroître la production du vêtement d'image.
L'emplacement du nouvel atelier a été choisi en fonction du lieu de résidence des salariés. La dirigeante tient à conserver le savoir-faire et les compétences de ses collaboratrices. « Sans elles, AD Confection n'est rien, nous avons tous besoin les unes des autres ».
L'engagement et le partage sont au cœur des préoccupations de Jennifer Galliot. Elle adhère à plusieurs réseaux : Mode Grand Ouest, Réseau Entreprendre et Femme Chef d'entreprise.
« L'accompagnement proposé par le Réseau Entreprendre m'aide à prendre du recul au lieu de foncer tête baissée » confesse la dirigeante. L'accompagnement, elle le retrouve aussi dans le programme Dinamic dans lequel elle est engagée avec son équipe de 19 salariés. Ce dispositif proposé par la CCI de Maine-et-Loire la soutient dans ses nouveaux projets.
L'atelier a un bel avenir, sa dirigeante y croit et entend bien faire honneur à ses prédécesseurs en écrivant les nouvelles pages de cette histoire de femmes.

Christelle Gourronc
Anjou Eco n°52 - septembre 2018

export_facebook export_delicious export_twitter export_viadeo  export_linkedin