Retour accueil
Vous êtes ici  > Actu

L'Anjou, capitale de la gastronomie ?

Aujourd'hui, la gastronomie est un levier d'attractivité et de rayonnement d'un territoire, comme un paysage ou un monument. Sur la carte, l'Anjou semble réunir les ingrédients pour rendre sa gastronomie attractive : ses produits, vins et liqueurs, ses chefs, ses formations en cuisine, ses spécialités. Et pourtant, c'est la douceur angevine qui fait recette, plus que la cuisine. 

Et si « l'accroche » de l'Anjou résidait dans sa gastronomie ? C'est certain. On peut envisager de créer, ou revisiter, un plat populaire emblématique de l'art de vivre et des traditions culinaires de l'Anjou. Mais d'abord, communiquons sans modération sur ce qui pourrait faire de l'Anjou une capitale de la gastronomie.

L'Anjou, un territoire et des produits de qualité
Curnonsky disait de la cuisine angevine « elle est le paradis de la digestion paisible ». C'est vrai que l'Anjou fleure bon l'art de vivre, la douceur, la cuisine authentique. On s'imagine déjà sur les bords de Loire, déguster une friture de poissons, un verre de vin à la main. De grands chefs parisiens ont installé leur jardin en Val de Loire, pour la grande variété de productions offerte au fil des saisons : galipettes, légumes de la Vallée, pommes, poires, prunes. En Anjou, la liste des spécialités est longue et les gourmands le savent. Pas question de choisir entre entrée ou dessert, ce sera fouace et crémet d'Anjou. Côté vin, le vignoble d'Anjou et de Saumur est la 3ème région viticole de France. De Chalonnes-sur-Loire à Sully-sur-Loire, il est même inscrit au Patrimoine Mondial de l'Unesco. Bref, 50 appellations et des cépages variés d'une extrême richesse : blancs secs ou moelleux, rosés secs ou tendres, rouges fruités ou charpentés et vins de fines bulles, qui fait mieux ?

L'Anjou, des chefs étoilés et des entreprises de renom
De nombreux restaurants gastronomiques jalonnent l'Anjou. Depuis début 2017, ce sont désormais sept chefs qui ont rejoint le cercle des étoilés Michelin de l'Anjou. Plusieurs tables angevines sont référencées dans le Guide Bib Gourmand, pour leur bon rapport qualité-prix. En Anjou, la cuisine est traditionnelle, contemporaine ou créative, mais le crédo est le même : déguster et partager. La force de la gastronomie angevine, c'est son réseau : institutionnels, professionnels et entreprises de renom, qui s'animent pour promouvoir l'Anjou et exporter son identité locale. L'Anjou s'illustre déjà par ses vins et ses liquoristes de renom. Il faut maintenant que sa gastronomie « fasse le buzz ». A renouveler donc, l'édition 2017 de Food'Angers, alliant la semaine des Vins de Loire avec la gastronomie. On connaissait Angers, place incontournable pour les professionnels du vin, on découvre Angers créative et gastronome. A plébisciter aussi, l'initiative de l'association Destination Anjou réunissant les cinq étoilés Michelin pour la réalisation d'un dîner d'exception au profit de la recherche contre le cancer en novembre 2016. Une première édition couronnée de succès, grâce à la mobilisation de nombreux chefs d'entreprises angevins.

Un pôle de formation structuré autour de la gastronomie
Depuis longtemps, universités, écoles et centres de formation concourent à ancrer une image d'excellence du territoire. Des formations en cuisine ou vins et spiritueux, à destination d'une clientèle internationale, sont organisées dans le cadre de « Summer School », par la CCI et l'Esthua. Toujours pour faire rayonner la gastronomie angevine à l'international, la CCI et ses CFA, ont accueilli, en 2016, des chefs américains dans le cadre d'Austin Week, puis une délégation de chefs israéliens venus présenter leur savoir-faire. Septembre 2017 verra l'ouverture d'une licence cuisine et gastronomie, unique en France, portée par la CCI et l'Université. Professionnalisante et universitaire, elle formera une nouvelle génération de chefs. Un projet plus ambitieux est également à l'étude : l'Ecole de la Gastronomie des Vins et des Spiritueux. En s'appuyant sur les compétences et les formations dispensées par l'UFR ESTHUA Tourisme et Culture, la CCI de Maine-et-Loire et l'ESA, l'idée est de créer une offre unique de formation, du CAP au Doctorat, autour de la gastronomie et du vin, avec pour philosophie : conseil, innovation, échange et ouverture à l'international.
D'accord, rendons à César ce qui est à César, et la tartiflette à la Savoie, l'Anjou n'a pas encore « un » plat emblématique, mais elle a « des » arguments pour renforcer la notoriété de sa gastronomie en France et à l'étranger. Alors, réunissons toutes nos compétences autour d'une table ! Et, cette fois-ci, ce sera pour en faire tout un plat.

Blandine Hullin
Anjou Eco n°47 - mai 2017 

export_facebook export_delicious export_twitter export_viadeo  export_linkedin