Retour accueil
Vous êtes ici  > Enquête  > Enquêtes 2017

L'industrie de demain aborde son virage numérique

L'industrie du futur, nouvelle matrice de la stratégie industrielle, est amenée à jouer un rôle central dans  le plan de la « Nouvelle France Industrielle » (NFI). Enjeu : réussir la réindustrialisation française.

Accompagner la transition des entreprises vers l'industrie de demain est un enjeu technologique et économique d'autant plus important qu'un emploi créé dans l'industrie permet d'en créer trois dans le secteur des services  (source : Usine Nouvelle - juin 2016). L'industrie du futur vise à moderniser l'outil industriel et à transformer son modèle économique par le numérique. Les technologies transformatrices évoluent à grande vitesse (robotisation, simulation, Internet des objets (IoT), imprimantes 3D, analyse prédictive...). Elles doivent maintenant reconfigurer les chaînes de fabrication et les business modèles des PME françaises. L'industrie du futur repose sur une ambition élargie : innovante, compétitive, performante et attractive. Une industrie créatrice de valeurs et d'emplois, connectée avec ses collaborateurs, ses machines de production, ses prestataires, son territoire. Une industrie conçue pour répondre aux défis économiques, technologiques, organisationnels, environnementaux et sociétaux. Du côté de nos voisins allemands, l'industrie de demain est déjà en marche avec le plan « Industrie 4.0 » d'Angela Merkel ; une politique visionnaire qui a compris qu'il fallait stimuler la vision du futur de l'industrie allemande pour la transformer et essayer de garder l'avantage compétitif de l'Allemagne en la matière (le chiffre 4 faisant référence à la quatrième révolution industrielle après la vapeur, l'électricité, l'électronique et l'informatique).

Alliance Industrie du Futur au service de la NFI
L'Alliance Industrie du Futur (créée en 2015) est une association fédérant les organisations professionnelles de l'industrie et du numérique ainsi que des partenaires académiques et technologiques autour d'une ambition commune : faire de la France un leader du renouveau industriel mondial et propulser l'ensemble du tissu économique national au cœur des nouveaux systèmes industriels. L'Alliance organise et coordonne, au niveau national, les initiatives, projets et travaux tendant à la modernisation et à la transformation de l'industrie en France, notamment par l'apport du numérique. Elle s'appuie pour cela sur des groupes de travail dédiés. Son action est relayée en régions par des plateformes régionales, s'appuyant sur les réseaux des membres de l'Alliance, des collectivités et des pôles de compétitivité.

Un réseau d'acteurs et de dispositifs pour accompagner les entreprises ligériennes
Le Collectif régional Industrie du Futur en Pays de la Loire est un des réseaux sur lesquels s'appuie l'Alliance pour accompagner les PME industrielles sur le terrain. Ce collectif regroupe des associations et structures publiques d'appui aux entreprises (1) qui ont pour  mission de sensibiliser, d'orienter et de développer des coopérations inter-entreprises. Parmi ces acteurs, We Network (Angers), cluster spécialisé dans l'électronique professionnelle, promoteur du développement de la filière électronique du Grand Ouest. We Network se positionne sur deux axes principaux : la conception, la production de systèmes intelligents (objets connectés, capteurs intelligents...) et l'industrie du futur via l'optimisation des procédés de production par des systèmes intelligents qui rendront demain l'industrie connectée.
Comme l'explique Sébastien Rospide, son directeur, « la finalité de ce collectif régional est de permettre à ces structures de se coordonner pour accompagner plus efficacement la transition des PME vers l'Industrie du Futur et ce faisant, d'activer les complémentarités. Pour les PME, la démarche peut poser question : comment parvenir à rester compétitif et rendre un outil de production plus flexible ?  Néanmoins, il est essentiel de repositionner les leviers de compétitivité de l'industrie. La France a pris du retard comparé à son voisin allemand, retard qu'elle doit rattraper aujourd'hui. A travers ce collectif régional, il y a une vraie volonté de coopération multi-acteurs pour accélérer le déploiement du plan régional Industrie du Futur des Pays de la Loire ».
L'industrie du futur, un concept encore peu connu dans le monde de l'entreprise, d'où, des initiatives de plus en plus nombreuses de la part d'acteurs institutionnels ou privés. Dans le cadre de son programme d'animation, la CCI49 organise le 6 avril une rencontre sur l'industrie du futur. Deux mois plus tôt, se tenait dans les locaux de la société Manitou (Ancenis) le premier événement régional d'envergure dédié à l'industrie du futur. Organisée par le Collectif régional pour l'Industrie du Futur en Pays de la Loire, cette manifestation avait pour finalité de faire découvrir l'industrie du futur  aux entreprises à travers  des exemples concrets représentatifs des six leviers de compétitivité définis par l'Alliance Industrie du Futur (2). Pour Stéphanie Hervé, déléguée régionale du Cetim (Centre technique des industries mécaniques) et correspondante de l'Alliance Industrie du Futur pour les Pays de la Loire, « nous avons des partenaires très motivés et souhaitons que cet événement soit le début d'une belle dynamique en Pays de la Loire. Notre rôle est d'impulser cet élan auprès des PME régionales ». Philippe Epaillard, directeur Innovation & Compétitivité Durable de la CCI Pays de la Loire, souligne : « Cet événement était la première initiative concertée au niveau régional ».
«L'usine du futur doit être une usine moderne qui intègre ces nouveaux enjeux que sont la  numérisation, la digitalisation, en connectant l'entreprise avec tout son éco-système. Le développement d'une offre de solutions technologiques constitue également un vrai enjeu pour l'industrie de demain. Pour contribuer à rendre visible l'offre régionale, un Observatoire des offreurs de solutions a récemment été mis en place au niveau régional avec l'appui de la CCI de Maine-et-Loire ». Les Pays de la Loire sont ainsi la 2ème région à rejoindre la dynamique « Offreurs de solutions pour l'industrie du futur » copiloté par le réseau des CCI de France et par l'Alliance. Mais l'industrie du futur n'est pas seulement une affaire de technologie, c'est aussi et surtout un enjeu de compétitivité, de durabilité et d'attractivité de l'industrie. « Nos entreprises sont déjà en mouvement. Avec l'appui de leur CCI, elles réalisent des progrès sensibles en terme de sobriété énergétique et  s'initient à la gestion mutualisée de leurs flux dans une logique d'économie circulaire, conscientes de l'émergence de nouveaux paradigmes économiques, de nouvelles compétences, de nouveaux métiers. Pour toutes ces raisons, l'industrie du futur s'inscrit parfaitement dans la dynamique TRIA (3) initiée depuis 3 ans par les CCI avec l'ensemble des réseaux consulaires des Pays de la Loire ». 
Au sein de la société Dixneuf (La Romagne), fabricant français de solutions pour poêles et cheminées, la robotisation de l'outil de production et l'apport de la cobotique (4) sont entrés dans les murs de l'entreprise depuis plusieurs années, avec une priorité constante pour Raphaële Lucas, dirigeante, celle de conserver l'emploi. « Si la robotisation a permis d'accroître la productivité, elle a également permis à l'homme d'intervenir sur de la valeur ajoutée en le délestant des tâches répétitives, désormais dévolues à la machine. Ainsi, un bras manipulateur vient soulager le travail de l'homme et non s'y substituer. Il est important d'accompagner nos collaborateurs dans ces changements en leur expliquant que ces machines ont un objectif : retirer le côté répétitif et éviter les troubles musculosquelettiques. Ce qui permet d'employer la personne là où l'on a besoin de compétence humaine ».
Offreur de solutions spécialisées dans le domaine de l'IoT, la société Nationale des Objets Connectés (SNOC) - Verrières en Anjou - conçoit, fabrique et commercialise les objets connectés des industriels ou du grand public. « Le plus souvent, l'IoT est développé en mode projet ; c'est un frein à la création. Nous proposons aux artisans, PME, TPE et industriels des solutions clé en main ou sur mesure permettant d'ouvrir de nouveaux horizons fonctionnels et ainsi d'apporter les objets connectés au plus grand nombre, explique Yannick Dessertenne, dirigeant. « Notre mission : accompagner les entreprises en leur apportant la technologie qui soit en adéquation avec l'usage. La lame de fond autour des objets connectés a fait prendre conscience aux entreprises de l'importance de la numérisation de leur structure. La numérisation sera le savoir-faire de demain».

Vitrines du futur
Composant essentiel de la feuille de route de  l'Alliance Industrie du Futur, le label «Vitrine Industrie du Futur» vise à récompenser les entreprises ayant développé un projet novateur pour l'organisation de leur production, notamment à travers le numérique. La labellisation a pour objectif de donner de la visibilité aux solutions technologiques françaises novatrices et de partager les meilleures pratiques auprès de l'écosystème national et international. En Pays de la Loire, trois entreprises ont été labellisées « Vitrine Industrie du Futur ». En Vendée, Gebo Cermex, leader de l'ingénierie de lignes de conditionnement, Daher (aéronautique) en Loire-Atlantique et Lacroix Electronics (Saint-Pierre-Montlimart).

Un plan régional pour l'industrie du futur
D'ici 2021, 350 entreprises en Pays de la Loire pourront bénéficier d'un soutien financier pour se doter de nouveaux robots industriels. Autre mesure du plan pour l'industrie du futur présenté en mars dernier par le Conseil régional (250 millions d'euros sur 5 ans), le soutien des projets portés par les filières (navale, aéronautique, agroalimentaire) et la recherche. En projet également, la création d'un campus robotique et la montée en régime du CEA Tech et de l'IRT Jules Verne, sans oublier tout un volet formation. Par ailleurs, le site http://www.pmepaysdelaloire.fr/ permet d'identifier l'ensemble des aides et dispositifs disponibles. Ce site intègrera d'ici peu une rubrique dédiée à l'industrie du futur.
Le Made in France a plus d'avenir qu'on ne le pense si l'industrie parvient à négocier le virage numérique. Les atouts de la France sont d'avoir de réelles compétences dans l'industrie du futur et le numérique ; compétences qui ne demandent qu'à être mises au profit du futur de l'industrie.


Marianne Bourgeois
Anjou Eco n°47 - mai 2017

(1) Le Collectif régional pour l'Industrie du Futur en Pays de La Loire regroupe les acteurs suivants: ADN Ouest, Atlantic 2.0, Aract, BPI, Cap'tronic, CCIR Pays de la Loire, CDM, CEA TECH, CEMCAT, CETIM, CLARTE, CTTM, EMC2, ID4CAR, Images et Réseaux, IRT Jules Verne, Neopolia, ORACE, PASCA, PFT, Plasti Ouest, Proxinnov, S2E2, le groupement Technocampus, UIMM Pays de la Loire, We Network.
(2) : Ces 6 leviers sont : les objets connectés et Internet industriel, les technologies avancées de production, la nouvelle approche de l'homme au travail, l'organisation et le management innovants, les usines et lignes/îlots connectés, pilotes et optimisés, les relations clients/fournisseurs intégrées, les nouveaux modèles économiques et sociétaux, stratégie et alliances
(3) : TRIA des Pays de la Loire : Troisième Révolution Industrielle et Agricole
(4) : Cobotique : La cobotique (ou robotique collaborative) est une branche émergente de la technologie qui vise à produire des robots assistant l'homme, en automatisant une partie de ses tâches.

Légende photo :
Dixneuf, le fabricant français de solutions pour poêles et cheminées a automatisé et robotisé différentes cellules de production. 

export_facebook export_delicious export_twitter export_viadeo  export_linkedin