Retour accueil
Vous êtes ici  > Regard  > Regard 2017

Philippe Jaunault, Manulatex, Champtocé-sur-Loire : une maille inox protectrice

Spécialiste de la cotte de mailles depuis trente ans, Manulatex, à Champtocé-sur-Loire, connaît un regain d'activité. Philippe Jaunault a choisi les bonnes décisions pour s'imposer face à ses concurrents et gagner des parts de marchés à l'international.

Manulatex France
Zone Artisanale du Mille
49123 Champtocé-sur-Loire
02 41 39 90 30


Dirigeant : Philippe Jaunault

Activité principale : fabricant d'équipements de protection individuelle en cotte de mailles pour l'industrie agroalimentaire

Effectif : 70 salariés à Champtocé-sur-Loire (170 personnes au total, avec le Brésil et la Hongrie )

C.A. : 10 millions d'euros (60 % à l'export dans le monde entier)

Trophées Innovation Pays de la Loire en 2010

Comment un autodidacte parvient à faire perdurer une entreprise malgré tous les aléas qu'elle peut subir au cours de son existence ? Parti de zéro, Philippe Jaunault manage aujourd'hui une structure de 170 personnes pour un C.A. de 10 millions d'euros. Le cœur de cible de l'entreprise se concentre sur la fabrication de gants en cotte de mailles ainsi que de tabliers métalliques et en latex.

Des voitures aux tabliers
Tout a commencé dans un garage. Son beau-père, Jean-Pierre Bodard, construit un bâtiment en 1979 à Champtocé-sur-Loire pour y installer son activité de garagiste qu'il abandonne assez rapidement. A la place des voitures, ce sont des tabliers en toile de 2 CV, fabriqués sous la marque Manulatex, qui envahissent petit à petit le local. « Mon beau-père m'a proposé en 1985 de venir l'aider. Comme je me débrouillais un peu en anglais, nous nous sommes aventurés hors des frontières hexagonales pour vendre nos produits. » sourit Philippe Jaunault. Puis, Manulatex élargit sa gamme avec des gants en cotte de mailles. « Toute la difficulté a été de découvrir le processus de fabrication : brasure, soudure ? Et trouver le mécanisme pour concevoir ces gants métalliques !  Après moult essais, la première machine est enfin opérationnelle en 1990. » 5 années de recherches seront nécessaires pour perfectionner l'outil de production. « En 1995, nous pouvons afficher un véritable savoir-faire grâce à des machines conçues en interne, fiables et parfaitement réglées. »

Un savoir-faire pointu
Leader français dans la fabrication d'équipements de protection individuelle (gants en cotte de mailles, tabliers métalliques, tabliers de travail,...) pour le secteur de l'industrie agroalimentaire (et la découpe de viande), Manulatex garantit des vêtements souples et confortables. Installée dans un bâtiment étendu récemment à 4 000 m2, l'entreprise est en recherche constante d'innovations pour faire évoluer la gamme de ses produits : gants équipés de manchettes, tabliers ajustés pour assurer une meilleure sécurité... (une vingtaine de brevets déposés, homologations aux normes européennes). 
6 mois de formation sont nécessaires à tout nouveau salarié pour s'approprier les techniques de base. Le fil d'inox se transforme en anneaux soudés par quatre pour constituer la trame. Les finitions et coutures sont effectuées manuellement.

Une belle évolution
A partir de 2003, l'entreprise connaît une progression régulière tous les ans. Elle exporte en Europe, en Australie, installe une filiale au Brésil et rachète un concurrent hongrois la même année. Pour assurer cette évolution, elle anticipe sur les recrutements, la formation et les investissements machine. (La crise économique de 2008 bouleverse cette expansion : chute de 30 % du C.A., 8 licenciements). Philippe Jaunault doit trouver rapidement de nouveaux marchés plus rentables pour redémarrer l'activité. Manulatex se tourne alors vers les USA avec une collection de vêtements spécialement adaptés au marché américain.
La nouvelle gamme séduit : plus légère (tunique de 2.5 kg au lieu de 6 kg), résistante, hygiénique et fabriquée en série pour une meilleure rentabilité. Et parce qu'il est nécessaire d'évoluer pour avancer, l'entreprise lance en 2007 la marque Labo Design, une collection de luminaires et rideaux en cotte de mailles, tissés et assemblés à la main. Ces produits de niche sur-mesure s'adressent à une clientèle particulière (5 % du C.A.).
Filiale du groupe sarthois Bobet, Manulatex poursuit sa croissance avec de belles perspectives de développement, notamment grâce au rachat en 2016 d'un deuxième concurrent hongrois. « 2017 promet d'être florissante avec une hausse de 15 % du C.A., des embauches à la clé et un C.A. de 80 % à l'export grâce à la présence de deux commerciaux sur place» se réjouit Philippe Jaunault.


Dominique Gruson
Anjou Eco n°47 - mai 2017

export_facebook export_delicious export_twitter export_viadeo  export_linkedin