Retour accueil
Vous êtes ici  > Actu

L’introduction en bourse : l’alternative à l’emprunt pour financer sa croissance

Lorsque le climat économique est tendu, il est parfois difficile pour les PME/PMI de s'inscrire dans une dynamique de croissance. A défaut d'autofinancement, l'emprunt reste bien sûr une possibilité mais les conditions peuvent être difficiles.

Une autre possibilité consiste à lever des fonds via des investisseurs privés ou procéder à une introduction en bourse (IPO). Loin de n'être réservée qu'aux grands groupes ou multinationales, l'IPO présente, outre une plus grande capacité à financer sa croissance, d'autres avantages : accroître sa notoriété, fidéliser ses collaborateurs, créer une monnaie d'acquisition... A terme, elle offre également aux actionnaires une liquidité, tout en valorisant la société.
Les entreprises peuvent faire appel à Euronext, le principal opérateur financier de la zone euro gérant des marchés réglementés au comptant et dérivés (plus de 1 300 émetteurs pour une capitalisation boursière totale de 3 100 milliards d'euros). Euronext accueille 750 PME et ETI ayant accès au plus grand pool de liquidité d'Europe et à un écosystème riche et ouvert sur le monde industriel et technologique. Pour leur faciliter l'accès, Euronext a créé Alternext en 2005 : une plateforme de transactions conçue pour elles. Ce marché est un système multilatéral de négociation. Il est régulé mais non réglementé et donc plus facile d'accès. La bourse restant une aventure, Euronext a aussi créé EnterNext en 2013. Filiale dédiée au financement et à la promotion des PME et ETI par les marchés financiers, elle a pour objectif d'accompagner les dirigeants ainsi que la communauté financière et les investisseurs, et de renforcer leurs liens. Le représentant Euronext Grand Ouest, Frédéric Boiffin, est basé à Nantes.
Spécialiste des systèmes de personnalisation de cartes plastiques, Evolis a fait son introduction sur Alternext en 2006. « Nous y sommes allés pour financer et accélérer notre développement à travers l'innovation (lancement de nouvelles technologies), le développement commercial (création de nouvelles filiales étrangères), et le développement structurel (nouveau bâtiment). De plus, cela nous rendait visibles auprès des grands donneurs d'ordre internationaux »
Depuis, Evolis a multiplié par 3 son cours, enregistré une croissance moyenne de chiffre d'affaires de 14,9 %, une marge opérationnelle moyenne de plus de 17 %, et une marge nette moyenne sur 10 ans de 12,2 %. De surcroit, elle est devenue leader mondial sur son marché en 2015.


Fabien Grimaud
Anjou Eco N°45 - octobre 2016

export_facebook export_delicious export_twitter export_viadeo  export_linkedin